Viticulture: La coopérative de Montlouis-sur-Loire va subventionner la rénovation du vignoble des sociétaires

La cave des producteurs ne manque pas de « pep » mais plutôt de vin. Elle propose un programme d’accroissement et de modernisation du vignoble récolté à ses sociétaires.

Portée par la vague de l’un des vins tourangeaux les plus en vogue, la cave des producteurs de Montlouis-sur-Loire se porte plutôt bien. Mais si les fondamentaux immédiats sont bons (les comptes, le flux commercial), le petite coopérative se fait tout de même quelques cheveux pour son avenir. Les menus rendements subits depuis cinq ans rendent la situation commerciale délicate. Il n’est pas facile de freiner les attentes des clients quand les stocks sont bas. Il faut au minimum 9 mois pour élever des fines bulles ; l’effervescence du pineau de la Loire étant la spécialité de la coopérative. Et avec des rendements 2015 de 44 hl de moyenne, en dents de scie d’un sociétaire à l’autre (entre 60 et 28hl/ha), la cave peine à joindre les deux bouts. D’où cet appel à un maintien méticuleux de la densité de plantation, lancé en guise d’au revoir par Jean-Louis Chevallier, son président, lors de sa dernière assemblée générale. Le phénomène esca ajouté aux gels, à la coulure, à la grêle conduit à un manque de jus handicapant l’ascension d’une coopérative qui a conduit ces dernières années de nombreux chantiers pour rester dans la course (reconstruction partielle, œnotourisme).
De la mévente à la rareté
Fondée en 1961 par cinq vignerons désireux de contrer la mévente des vins, la cave des producteurs de Montlouis est aujourd’hui confrontée à l’inverse, le manque de vin. Elle collecte actuellement les mouts d’une quinzaine de petits domaines totalisant 135 165 ha, soit le tiers planté de l’appellation. Mais à l’heure du papy boum, s’ils veulent pérenniser leur outil de mise en marché, les sociétaires doivent entreprendre la rénovation du vignoble, planter de nouvelles parcelles et installer des jeunes. D’où le plan imaginé et accepté, le 9 février, par l’assemblée générale. Financé par une partie des résultats de la coopérative, il propose VOUS AVEZ LU GRATUITEMENT LE DÉBUT DE CE REPORTAGE la suite est à lire sur l’édition papier de Terre de Touraine du 26 février 2016. ABONNEZ-VOUS (voir onglet ci-dessus).

Pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*