Santé : La télé-échographie nouvelle réalité de la médecine rurale

Entre la rue de la Cassaderie à Ligueil et le boulevard Tonnelé à Tours, la distance est abolie du moins en ce qui concerne un examen par échographie.

Inaugurée fin mai, la maison de santé du Grand Ligueillois est équipée d’un appareil de télé-échographie, le second en Indre et Loire (1). En pratique, un médecin spécialisé du CHU de Tours peut à distance interpréter une échographie pratiquée par un opérateur à Ligueil. Mise au point par le professeur Arbeille du CHU tourangeau, cette technologie va désengorger les services de radiologie du lochois tout en garantissant un service de qualité aux patients. Non invasive, non irradiante, l’échographie permet d’étayer un diagnostic dans le cas de nombreuses pathologies (urinaires, digestives, vasculaires, obstétriques…) ou de lever des doutes. Si la pathologie est avérée, le patient peut bénéficier du traitement adapté sans attendre ou prendre rendez-vous dans un service spécialisé immédiatement. Le service est facturé sur le barème en consultation longue (46€). « Pour la collectivité, c’est économique argumente le docteur Cédric de la Porte des Vaux. « Il faut comparer cette consultation de télé-médecine avec une première consultation de prescription, puis l’examen chez le radiologue avec le déplacement à Loches ou Ste Maure de T et la seconde consultation de résultat d’examen. »

Combattre la fatalité

Pour l’initiateur de la MSP de Ligueil, cette application de technique de pointe développée initialement pour l’aérospatial, répond parfaitement au besoin du monde rural. Depuis sa mise en service, l’équipement a réalisé plus d’une dizaine d’examen en un mois. Le 29 mai dernier, lors de l’inauguration, c’est Amaury De la Porte, étudiant en médecine qui a joué les cobayes tandis que la ministre de la santé « procédait » à son échographie sous la houlette du professeur Philippe Arbeille, lui-même. Pour Marisol Touraine, avec cet équipement installé au sein d’une maison de santé regroupant près d’une vingtaine de professionnels de santé, une page est tournée. « C’est très rassurant pour le patient et pour le médecin traitant qui lui n’est pas spécialiste de l’imagerie d’avoir accès à une installation top niveau. Il y a là une initiative positive qui combat la fatalité, une belle réalisation de l’action publique dont il faudra s’inspirer à d’autres endroits. Pour le monde rural, ce signal sonne comme une réponse à la tentation de replis et de désespoir. L’innovation, la technologie c’est l’avenir. »
Autre atout, la formule MSP incite de nouveaux jeunes étudiants en médecine à s’installer en équipe à la campagne tout en bénéficiant d’équipements modernes. Outre ces trois généralistes dont un nouveau, la maison de santé de Ligueil, héberge un interne en médecine, un psychomotricien, un psychologue, une diététicienne, un podologue, un orthophoniste, trois kiné et une belle brochette d’infirmiers. Sur 800 MSP dénombrées en France à ce jour, une centaine existe ou sont en projet en Centre Val de Loire. A lui seul, le Lochois en compte cinq.

(1) : Un équipement similaire existe à Richelieu

Philippe Guilbert

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*