Terre de Touraine du 17 février 2017

Lait : ambiance tendue Négociation pour un contrat cadre ; négociation pour le prix ; négociation entre industriels et distributeurs… la filière laitière déborde de négociations. Ses acteurs sont à cran et les producteurs vigilants car les prix payés aux éleveurs restent aux alentours de 30 centimes du litre, un chiffre qui n’assure pas un revenu décent par rapport au travail fourni.. p 3

Développement agricole GDA : semer des idées pour récolter des solutions  En Champeigne tourangelle, les adhérents du GDA comptent sur leurs savoir-faire techniques pour surmonter la crise notamment en diversifiant leurs productions végétales. Le GDA Ligueil-Descartes a choisi quant à lui cette année de mettre en avant, pour son assemblée générale, des expériences innovantes et réussies en matière de travail en commun. Trois agriculteurs tourangeaux ont présenté leur nouvelle façon de pratiquer leur métier.

 Adrien Heraud, à Razines réfléchit en groupe à développer son autonomie alimentaire en production laitière ; 

Yvan Abelard, éleveur laitier à Bridoré a participé, à un projet réunissant 3 exploitations, dont 5 associés pour acheter du matériel en commun ; 

François Pommé, céréalier à Chemillé-sur-Indrois est associé avec trois agriculteurs a installés pour un total de 500 ha  répartis en 80 parcelles groupées. Ensemble ils ont mutualisé leur assolement. Ils gèrent en commun aussi leur achats, leurs ventes et optimisent ainsi tous les maillons de la chaîne de production.  p 4 & 5

Salon des vins Vinovision : un galop d’essai p Ni franc succès, ni échec patent, la première édition du salon des vins septentrionaux s’est achevée mardi à Paris sur un bilan mitigé mais suffisant pour envisager 2018. « Il faut trois ans pour lancer un évènement de ce type, reconnaît le Tourangeau Jean-Martin Dutour. On a vécu un beau salon professionnel avec de vrais acheteurs notamment internationaux. Avec 250 exposants sur 400, la Loire était très présente ». « Pour l’édition 2018, il nous faut faire monter en puissance la Bourgogne et l’Alsace convient Jean-Martin Dutour pour étoffer l’offre et atteindre 600 exposants. Quant aux cavistes et restaurateurs de Paris, pour les attirer, c’est aux vignerons d’accompagner la communication institutionnelle de Vinovision. Les vrais communicants…c’est nous ! »

Voiture propre Electromobilité rurale p 20 Encore confidentielle voilà deux ans, l’arlésienne du véhicule arrive là on ne l’attendait pas… à la campagne.  Elles sont discrètes, encore peu nombreuses mais elles peuvent désormais sillonner la Touraine sans craindre la panne sèche. L’équipement exceptionnel du département par le Syndicat intercommunal d’énergie d’Indre-et-Loire (Sieil) donne des ailes à ce véhicule propre. La Touraine est avec l’Ile-de-France sur la première marche de l’électro-mobilité publique avec un maillage serré fort de 420 points de recharge qui s’étend sur 170 communes. La rédaction est allée à la rencontre de deux couples habitant à la campagne,  utilisateurs ravis de leur électromobile.

Equipements Ensileuse : des incorporateurs d’additifs embarqués p 9 L’utilisation croissante des conservateurs de fourrages pousse les constructeurs d’ensileuse à intégrer des systèmes d’incorporation favorisant la précision de dosage.

Aides PAC MAE & Bio toujours du retard Pour atténuer les conséquences de retards le ministère va verser une avance fin mars pour 2016. Pour 2015 des prêts relais sont possibles mais la demande est à faire de suite.p 6

Main d’œuvre Pénibilité du salarié : l’employeur responsable La pénibilité au travail oblige l’employeur à décla­rer l’exposition du salarié à la pénibilité et à verser des coti­sations additionnelles (cf tableau). Elle ouvre droit pour le salarié à des points consignés sur un compte. Tous les salariés sont concernés, y compris les apprentis ou les titulaires d’un contrat de professionnalisation, p 12

Dégâts de gibier Cultures d’automne : le barème publié Les membres de la Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) se sont réunis le 26 janvier pour fixer les prix d’indemnisation des dégâts de gibier sur les cultures de maïs, de tournesol, millet et sorgho. p2

 

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*