Terre de Touraine du 11 mars 2016

Au sommaire de cette édition 

Salon de l’agriculture

Sia : vitrine et thermomètre de l’agriculture  p 21

Le Salon de l’agriculture reste un miroir de l’évolution du secteur et il change de visage au fil des ans. De l’agriculture, il s’est tourné vers l’agroalimentaire et s’oriente de plus en plus vers le grand public. Tout en restant un incontournable, il donne pendant une semaine un coup de projecteur sur une profession agricole certes en crise mais aussi en perpétuelle évolution/adaptation. La société demande en permanence le grand écart aux agriculteurs; de la quantité de la qualité et pas cher si possible en préservant le paysage et l’environnement et en fournissant du travail un peu partout sur le territoire. Les agriculteurs français y arrivent, approvisionnant à la fois les filières de masse bon marché, les circuits courts et bio tout en exportant. Mais les chiffres sont là, l’agriculture française dont le chiffre d’affaire régresse malgré ses atouts est malmenée par des décisions politiques nationales et européennes mauvaises et des accords internationaux où le lobby des services est prêt à la sacrifier comme variable d’ajustement pour pénétrer de nouveaux marchés. Alors au lendemain du Salon et des négociations commerciales, le moral est en berne. L’action de pression de la profession se poursuit pour obtenir une remontée des prix et des traductions concrètes des engagements des politiques. Les débordements et sifflets du début du salon témoignent d’une colère et d’un désespoir en raison des prix trop bas payés aux producteurs. « Dans les négociations aujourd’hui, le coût de revient de l’agriculteur n’est absolument pas pris en compte », déplore Xavier Beulin le président de la FNSEA. Une conséquence de la Loi de modernisation de l’économie (LME) votée en 2008 et qui a donné davantage de pouvoir aux distributeurs. La révision de ce texte est sur la table des négociations. p 3

Pour affuter leurs arguments les Jeunes agriculteurs  ont justement organisé une fructueuse formation aux coûts de production p 4

Dossier pulvé Régulièrement contrôlés et pilotés par des agriculteurs formés, les pulvérisateurs agricoles  continuent leur progression technologique. Leur rôle est majeur pour préserver les récoltes en minimisant leur impact sur l’environnement p 11 à 16

Désherbage mécanique en Cuma Pionnières en matière d’équipements innovants, les Cuma s’intéressent de près aux outils de désherbage mécanique ou associant le binage et le traitement chimique. En matière de désherbage mécanique les outils partagés s’adressent indifféremment aux systèmes conventionnels qu’à l’agrobiologie.   p 5 et 10

Grandes cultures Azote & désherbages : viser juste La météo bouscule les interventions de fin d’hiver dans les champs où il n’est pas facile de pénétrer. Il va falloir attendre un peu que les terres s’assainissent et ne pas rater les fenêtres de tir p 9

Commerce des vins Vinovision Paris : Les vins du nord France auront leur salon Durant trois jours du 12 au 14 février 2017, les vins de la Loire, de Champagne, d’Alsace et de la Bourgogne unissent leurs efforts pour recevoir Porte de Versailles,  les acheteurs du monde entier à ce nouveau salon professionnel entièrement dédié aux vins septentrionaux.

Enseignement agricole

  • 19 mars et 28 mai : « portes ouvertes » des Maisons familiales rurales p 18
  • Un bac pro « vente de vins » créé à Chambray p 19

Dorothée Patin Une tourangelle de cœur installée en Picardie

Jeune ingénieure, Dorothée Patin connaît bien la Touraine pour avoir sillonné ses villages comme animatrice du réseau Jeunes Agriculteurs 37. Poste qu’elle a quitté voilà quelques mois, pour reprendre l’exploitation agricole familiale dans la Somme. Portrait attachant de cette jeune agricultrice qui se lance avec succès dans la vente de farine de sa ferme. p 28

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*